Céline, décoratrice dans les Yvelines

Mes débuts avant la décoration intérieure

A avoir regardé coudre ma mère, je connais la préparation nécessaire – la précision qu’on s’impose – le choix des matières premières – les heures qu’on ne compte pas. Du haut de mes 8 pommes, aller choisir des tissus étaient un ravissement olfactif et visuel. J’ai appris à toucher, à soupeser, à apprécier. C’est pour cela qu’acheter du tissu est encore un rituel durant lequel je n’aime pas être dérangée!

A avoir vu mon grand-père dessiner des arobases tout en sifflant, choisir ses tiges de fer forgé, tordre – chauffer – retordre puis souder, j’ai vu un objet naître de mes yeux. J’ai appris qu’on pouvait « faire », customiser. Non tout ne venait pas des magasins!
A avoir appris à crocheter avec des fils de plus en plus fins avec ma grand-mère, je sais ce que les termes méticuleux et travail soigné signifient. C’est une chose de crocheter un napperon mais c’est des centaines d’heures pour faire de la customisation de nappes, de draps ou de dessus de lits!

A 10 ans, fraîchement installée en maison je vis et vois ce que bricolage, rénovation, gros œuvres veulent dire. Mon père avait cette patience et cette rigueur, ce soin à tout préparer avant de commencer, cette curiosité à apprendre ce qu’il ne connaissait pas pour faire par lui-même.
A travailler de mes mains, je sais ce que créer sous-entend: réfléchir en amont, faire et défaire, recommencer par rigueur, prendre son temps, s’adapter aux contraintes et aux imprévus, accepter aussi l’échec pour au final éprouver une satisfaction intense. Créer pour moi est un état proche de la méditation: je « vis » ma création.

A observer, j’ai appris à décortiquer – à comprendre par moi-même. Ma capacité à visualiser en 3D et à projeter s’est développée et a apporté à la création une nouvelle joie: être inspirée par tout ce qui m’entoure ! Et le terrain de jeu est vaste !

Entreprendre en tant que décoratrice dans les Yvelines

Mon chemin vers la décoration d’intérieur

Autant être honnête, c’est la phase la plus difficile. Beaucoup ont des idées géniales et ne passent pas à l’action.
Pour des raisons personnelles, familiales, financières. Mais aussi parce que, clairement, c’est une prise de risques.

La toute première chose fût de bien m’entourer:

  • de mon meilleur allié & mon mentor personnel (ma moitié <3) et de mon tout premier supporter-coach (ma fille, une belle source d’inspiration),
  • de Sylvaine, coach & fondatrice d’ Ithaque Coaching,
  • de 2 formations de qualité et leurs mentors: Edouard, Marco, Alex de Livementor,
  • d’une maison de créateurs d’entreprise: l’association Suzanne Michaux,
  • de précieux et bienveillants proches et ami(e)s.

La seconde a été d’accepter et d’appliquer la méthode SkateBoard(c) promue chez LiveMentor:

Démarrer avec peu, poser à plat son projet et qui l’on pouvait intéresser, avancer petits pas à petits pas, ne pas hésiter à refaire, apprendre des autres et de ses échecs, ne pas tout lancer en même temps …
Me concentrer sur ce qui me fait vibrer, ce qui me plaît (le fameux pourquoi en marketing): j’aime prendre soin des autres, j’aime la beauté des choses et des lieux. Je suis une décoratrice qui cultive la beauté de votre environnement !

Histoire d'une reconversion pro

Et la troisième a été de me lancer !

En suivant mon instinct, mon intuition pour dessiner les contours de mon métier et de comment je le fais. En restant fidèle à mes valeurs personnelles pour accompagner les clients dans cette « culture » d’un environnement plus beau.
En ne cédant pas à la pression de prendre toujours plus de clients ou à n’importe quel prix. Je mets un point d’honneur à faire que mon accompagnement soit du sur-mesure mais aussi une jolie collaboration humaine.

Tout l'univers de l'agence déco

Mon idée d’agence de décoration intérieure

J’ai créé un service complémentaire à la décoration d’intérieure: le home organizing (ou professionnelle de l’organisation). Il peut intervenir après vous avoir accompagné dans votre nouvelle décoration intérieure ou en amont, histoire d’y voir plus clair et de ne pas créer d’autres rangements inutiles (par exemple).

D’où vient cette idée de service home organizing ?

Je suis, depuis jeune, ordonnée et organisée. Je n’ai pas dit maniaque ou rigide sur la question du rangement. Je vous rassure.

Je suis comme la plupart d’entre vous : au fur et à mesure de la semaine, du mois certaines pièces ou certains endroits, tiroirs sont un peu plus encombrés que d’autres. C’est le destin de toute pièce habitée loin des standards de magazines. Et encore plus lorsqu’on a des enfants (jeunes ou ados …).

Quelles sont mes astuces en tant que professionnelle de l’organisation ?

Alors comment je fais me direz-vous ? D’abord, j’aime ranger. Cela me vide la tête mais surtout cela m’allège quand j’ai terminé. Alors je prévois une session de rangement thématique assez régulièrement (opération pharmacie, opération tiroirs de la cuisine, opération chaussures …).

Chaque chose à une place, une façon d’être rangée et je ne garde pas « au cas où », « pour plus tard », « si jamais ». Je suis assez pragmatique sur ces questions parce que la surface de chaque pièce n’est pas extensible et que me sentir envahie par les affaires, les choses, les vêtements m’oppresse.

Comment j’en suis arrivée à être home organizer ?

Après le 1er confinement de Mars 2020, après avoir tout optimisé – rangé – donné -vendu je me suis rendue compte de la joie d’avoir fait tout cela. Une sorte d’état second.
Du coup, je suis allée proposer mes services autour de moi pour aider celles & ceux qui étaient confiné.e.s et débordé.e.s ! J’ai fait 10 prestations complètement différentes les unes des autres. Humainement, j’ai beaucoup appris.

J’ai mesuré le service que je rendais, l’allègement que procurait mon intervention, la gratitude d’avoir été aidé.e que me formulait mes « testeurs et testeuses ». Alors je me suis (encore) lancée !

J’ai suivi la formation Fée du Tri (c) d’Elodie, j’ai lu plusieurs ouvrages sur la question (différentes approches comme celle de Marie Kondo, Beth Penn, Véronique LeBon, Laurence Einfalt et Stéphanie Bujon, Elvira Petit, Millburns et Nicodemus, Joanna Teplin et Cléa Shearer) et vu plusieurs séries (je pense n’avoir pas été la seule !).

J’en ai tiré plusieurs enseignements professionnels et personnels. J’ai mis au point mon approche (celle qui me correspondait le plus) avec toujours ce regard de décoratrice d’intérieur en prime.
Mais surtout, j’ai senti que je pouvais apporter ma contribution, ce service – cet accompagnement pour aider mes client.e.s à retrouver de la sérénité chez eux. Cela s’est confirmé depuis le début de l’année 2021 avec les différentes sessions que j’ai faite chez mes client.e.s.

Prestations déco de l'agence

COMMENT CHOISIR SON AGENCE DE DÉCORATION D’INTÉRIEUR ?

La décoration d’intérieur est un secteur concurrentiel. On ne vas pas se mentir. Alors comment choisir sa décoratrice ? Je vous livre des pistes de réflexion.

Privilégier l’intuition

Le plus important pour moi, c’est le contact – le feeling.
Consultez lasection  « à propos » – regardez les réalisations (sur le site ou sur les réseaux sociaux) – les engagements. Si vous avez un peu de temps, lisez quelques articles du blog.
Vous y trouverez le reflet de ce qu’est la personne en tant que professionnelle de la décoration d’intérieure.
Ensuite ? Appelez pour discuter de votre projet ou envoyez un mail avec la description de votre besoin. Dans mon agence, c’est sans engagement !

Décrire son projet de décoration intérieure

  • Les éléments à conserver (si oui, en l’état ou à relooker) – à donner (ou jeter en fonction de l’état)
  • Le(s) style(s) que vous aimez (des photos, des copies d’écran, un épinglage Pinterest peuvent être utiles)
  • Les fonctionnalités de l’espace: vous voulez un bureau, vous avez besoin d’une buanderie, vous avez envie d’une salle de sport …
  • Les délais pour réaliser le projet.
  • Les couleurs / les formes / les matières à éviter ou au contraire à privilégier.
  • Bien sûr, il faudra fixer votre budget global déco & travaux pour que les propositions soient réalisables, abordables pour vous.

Préparer le premier RDV avec la décoratrice d’intérieure

Il faut accepter d’expliquer ce qu’on souhaite et ne souhaite pas mais aussi accepter que les choses soient bousculées (y compris les à priori, les habitudes).
Sans faire une révolution dans votre intérieur, votre salle d’attente ou votre hall, une décoratrice va repenser différemment la circulation, les lumières, les couleurs et l’agencement.
Elle a un œil extérieur – sans affect – qui peut surprendre mais aussi inspirer. Faites-lui confiance, vous risquez d’aimer !

Si il y a un métrage à faire, faites-en sorte que les murs et les sols soient les plus dégagés possibles pour permettre des prises de mesures précises et aisées. Si vous possédez un plan, fournissez-lui ça peut avancer son travail.

Faites-vous expliquer ce qu’on appelle les « livrables »: quels documents, fichiers vont vous être remis – quels seront les délais des différentes étapes – combien de pistes seront explorées ?

En résumé

Ayez un contact téléphonique ou visuel avec le professionnel pour vérifier que le contact passe bien.
Décrivez de façon la plus complète votre projet de décoration (même les idées les plus folles).
Faites-vous expliquer la prestation pour ne pas avoir de surprise.

Restons connecté(e)s, suivez mes aventures sur Facebook ou Instagram.

Prendre contact avec l'agence